Le Jardin Georges Delaselle présente une composition végétale où les scènes et floraisons estivales sont privilégiées, ce caractère fleuri et libre correspond au style «paysager» et le traitement des espaces particuliers que sont la palmeraie, la cacteraie, la pelouse des cordylines montre bien qu’ils ont été conçus afin d’évoquer des ambiances et des paysages exotiques plutôt que dans un souci de collection botanique. L’intérêt botanique propre au jardin ne saurait cependant être négligé en ce qu’il appartient en propre à l’idée même de jardin exotique.
Lors de l’arrivée de Georges Delaselle sur l’île, certaines plantes subtropicales avaient déjà été acclimatées avec succès. C’est le cas du Pourrétia du Mexique - Fascicularia pitcairniaefolia, rapporté du Chili par des marins au long cours au milieu du XIXème siècle. Les griffes de sorcière – Carpobrotus edulis, étaient utilisées pour le faîtage des maisons depuis fort longtemps. Il semble également que les dracenas – Cordyline australis agrémentaient déjà le paysage insulaire, tout comme les agaves – Agave americana, peut-être rapportées de voyages en Méditerranée par des marins de l’île. Quelques sujets de palmier à chanvre – Trachycarpus fortunei existaient probablement dans les jardins d’anciens capitaines, puisqu’il était connu à Brest et en Cornouaille anglaise depuis une cinquantaine d’années.
Une grande partie de la collection de Georges Delaselle provenait certainement des serres du Jardin colonial de Nogent et de ses visites dans les jardins méditerranéens. Les relations amicales qu’il entretenait avec Mélanie de Vilmorin, alors locataire du Château du Taureau en Baie de Morlaix, lui ont peut-être permis d’enrichir sa collection de plusieurs espèces. Enfin, la correspondance qu’il échangeait avec des amateurs, les graines et les boutures qu’il recevait, ont peu à peu constitué sa collection botanique. Aujourd’hui, la collection botanique du Jardin Georges Delaselle compte plus de 2500 espèces originaires des cinq continents. Plus des deux tiers proviennent de l’hémisphère sud, des régions au climat proche du bassin méditerranéen : Californie, Chili, Afrique Australe, Australie et Nouvelle-Zélande. La relative douceur du climat insulaire permet de conserver en plein air, une étonnante collection de palmiers ainsi que de nombreuses plantes subtropicales. Les cactus y trouvent aussi leur place grâce à un aménagement spécifique.
Chaque espace du jardin est une invitation au voyage : jardin Maori, terres australes, cacteraie, palmeraie, lande fleurie, jardin d’herbes… Le jardin est ainsi un véritable conservatoire de la biodiversité mondiale, en préservant de nombreuses plantes en voie d’extinction dans leurs milieux naturels.